9 novembre 2022

 | 

Temps de lecture : 8 minutes

Vu dans JMLECO : Capitole Energie, un accélérateur de solutions de la gestion des contrats d’énergie

0
Chaque semaine, les experts de Capitole Energie analysent le marché de l’énergie pour apporter aux clients un éclairage sur l’évolution des prix du marché de l’énergie.

Face à la crise énergétique que nous traversons, notre rôle a évolué. Capitole Energie, courtier en énergie pour les entreprises n’est plus seulement un comparateur entre différents fournisseurs. Nous avons adapté notre organisation et fait évoluer nos solutions pour répondre parfaitement aux nouvelles problématiques des entreprises. Benoit Vilcot, Directeur Général de Capitole Energie, était l’invité de Nicolas Doze sur le plateau de BFM Business dans l’émission #JMLECO. L’occasion de présenter les avantages de Capitole Energie dans ce contexte inédit. Retrouvez son interview juste en dessous :

 

 

Trois pôles d’expertise pour répondre aux enjeux des entreprises

 

Benoit Vilcot (BV) : « On a trois pôles chez nous, on a une partie courtage, une partie optimisation et une partie transition énergétique. Donc la partie courtage, ça s’adresse essentiellement aux chefs d’entreprise qui savent ce qu’ils veulent, qui ne veulent plus une activité de flux où on est là pour exécuter leurs ordres sur le marché. »

Il y a des solutions évidemment. On est nous, justement, un accélérateur de solutions de la gestion des contrats d’énergie. Benoit Vilcot, Directeur Général

J’ai envie de vous dire, votre métier fonctionne dans une vie normale, mais on est dans un monde de dingue, tout a basculé avec le choc énergétique est historique, ça dérègle tout. On a encore moyen de faire votre boulot correctement dans le monde qui est celui d’aujourd’hui ? 

BV : « Moi qui ai été courtier en bourse pendant les subprimes en 2008, j’estime qu’on est dans la même période de risque de crédits, de liquidités. Il faut garder la tête froide. On a aussi un background avec mon associé de trading sur les marchés de gros de l’énergie donc on a aujourd’hui cette expérience sur le marché de gros qu’on essaie de répliquer sur les marchés de détails à destination des PME et des PMI. Il faut garder la tête froide, mais il y a effectivement des solutions de gestion des risques et c’est ça dont on parle aujourd’hui, au-delà même de faire des économies. »

Donc il y a encore actuellement, dans ce monde vraiment particulier, des solutions ?

BV : « Il y a des solutions évidemment. On est nous, justement, un accélérateur de solutions de la gestion des contrats d’énergie.« 

 

Les offres à tarification dynamique

 

Le principe, c’est que le client s’engage sur une durée pendant laquelle le prix est fixe et garanti, on est d’accord ?

BV : « Alors, on change un petit peu de paradigme. C’était vrai jusqu’à présent ; on était souvent sur des contrats de 12, 24, 36 mois, prix fixes et on ne retouchait pas au contrat d’énergie avant justement 24, voire 36 mois. Aujourd’hui ça change. On est là précisément pour mettre en avant les différentes solutions de gestion des contrats d’énergie à destination des chefs d’entreprise. On est plus spécialement sur des prix fixes, on peut être sur des prix variables. On peut être sur des contrats à prix clic donc arriver à travailler les contrats d’énergie en plusieurs fois par an pour travailler le prix de revient de son contrat d’énergie. On peut  aussi être sur des contrats à prix à formule qui suivent des indices de référence pour suivre des tendances. Ainsi on est dans un changement complet de paradigme dans les achats d’énergie. Il s’agit d’une notion beaucoup plus proactive. »

Il y a toutes ces options-là aujourd’hui possibles pour un chef d’entreprise qui veut essayer d’installer la politique énergétique la plus parfaitement adaptée à ses besoins ? 

BV : « Alors ça existe, on va dire sur les marchés de gros déjà depuis très longtemps. Maintenant sur le marché de détail effectivement, c’est relativement encore nouveau puisque ça se met en avant déjà depuis quelques années, mais nous, on est là pour les accélérer. On revient à l’essentiel de ce que l’on sait faire sur les marchés et sur la gestion des risques financiers. C’est pour ça d’ailleurs que l’on est accrédité par l’ORIAS comme étant conseiller en investissement financier pour apporter le meilleur conseil sur cette gestion des risques. »

Capitole Energie, courtier en énergie pour les entreprises est la première entreprise de courtage en énergie certifiée à l’ORIAS (Organisme pour le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, banque et finance) en tant que Conseil en Investissements Financiers (CIF). Afin de réglementer encore davantage la profession de courtier en énergie, Capitole Energie est un des membres fondateurs du Syndicat des Courtiers en Energie. La création du syndicat vise à réglementer la profession de manière globale en pronant une profession plus saine, professionnelle et efficace.

C’est ce que vous appelez la tarification dynamique et structurée ? 

BV : « Exactement. On y arrive puisque la CRE, la Commission de Régulation de l’Energie travaille avec des fournisseurs, certains gros fournisseurs pour mettre en avant des nouvelles offres. Des nouvelles typologies d’offres adaptées notamment à la crise que l’on vit actuellement. Donc nous, on est là pour trouver une manière très pragmatique de connaître, de comprendre ces offres-là et comment elles vont s’appliquer aux chefs d’entreprise. »

 

L’approche unique de Capitole Energie, courtier en énergie pour les entreprises, pour accompagner ses clients

 

 

Justement, pour réussir à trouver la meilleure offre par rapport à l’entreprise, comment vous allez aborder votre client ? Vous venez le voir, vous qualifiez ses besoins, alors racontez-moi comment ça se passe ? 

BV :  « C’est très analytique puisqu’on part déjà d’un état des lieux. On regarde la typologie d’appétence au risque, on est vraiment sur une sorte d’on-boarding de crédit, sur quelle appétence au risque veut aller l’entreprise. Parce qu’évidemment ça va ouvrir le champ des possibles en termes de gestion des risques. Si elle à une appétence des risques très faibles on va arriver sur des prix fixes, si on voit que ça s’ouvre, comme des produits de placement ou de gestion pour des comptes souvent de PEA, de produits à rendement, on va arriver sur une gestion beaucoup plus dynamique. Donc, on va ouvrir le champ des possibles sur des contrats à prix à formules, à prix clic… Où l’on va avoir une nécessité d’être beaucoup plus présent avec beaucoup plus de suivi dans les contrats d’énergie. Donc déjà on part de ce constat-là, on va dire que c’est vraiment le cadrage des besoins du client et ensuite on arrive sur une lettre de mission où on détermine ensemble les objectifs par rapport à ces cours de marché parce que faut bien comprendre aujourd’hui que ce sont des produits de bourse un peu. On demande aux acheteurs ou aux chefs d’entreprise d’être des acheteurs en bourse sur des produits… »

C’est que j’allais vous dire, ce n’est pas leur métier quand même ? Vous remplacez un peu le directeur technique que beaucoup d’entreprises n’ont pas.

BV : « Alors c’est un métier tout à fait d’ailleurs c’est pour ça qu’on a a poussé avec mon associé et toutes les équipes pour réglementer cette activité de conseil puisque c’est un métier qui à la base n’est pas réglementé. Les produits qui sont aujourd’hui proposés par les fournisseurs d’énergie se basent sur des produits qui sont réglementés, qui sont des instruments financiers. C’est important de conseiller les chefs d’entreprise sur la base de ces critères là : de réglementation, de transparence, et de bien leur apporter et de leur faire comprendre les tenants les aboutissants. »

Se faire accompagner par un courtier en énergie pour les entreprises, l’indispensable pour traverser la crise sereinement

 

 

Que diriez vous à tous ces chefs entreprises qui nous regardent et qui là, voient arriver les renouvellements de contrats avec des fois 20, fois 30 et qu’ils savent pas comment ils vont passer 2023, qui ne sont pas armés comme vous l’êtes, qui ne connaissent pas les différentes formules d’achat d’énergie que vous avez pu citer qui ne savent pas forcément qu’on peut évoluer avec des conditions de marché la formule du contrat. Il y a un message à leur faire passer aujourd’hui ?

Benoit Vilcot (BV) : « Je pense qu’aujourd’hui il faut faire appel à une société comme la nôtre, réglementée parce que déjà il y a différentes problématiques et il faut déjà pouvoir les rassurer. Il y a quelque chose sur lequel on va pouvoir travailler c’est la structuration au meilleur prix. C’est le profil le plus adapté qui va leur permettre d’optimiser leur contrat. Ensuite il y a évidemment une partie qui nous échappe sur la partie réglementation, sur les aides d’état, sur les aides nationales mais aussi internationales qui vont se mettre en place, ça je ne vais pas en parler mais il y a évidemment un point de vue très rassurant  là-dedans pour pouvoir arriver à leur faire comprendre qu’il faut prendre son temps, pas acheter au prix actuel du marché mais bien prendre le temps de la réflexion et de l’analyse. Il y a des solutions qui sont réduites du fait qu’actuellement il y a quand même des problèmes de liquidités et des fournisseurs qui sont un peu en mode de pause mais on est là justement pour préparer le terrain. Là je pense que les acheteurs et les chefs d’entreprise sont presque chauffés à blanc puisqu’ils comprennent maintenant qu’ils sont dans un mécanisme de marché. Donc on va leur faire comprendre petit à petit qu’il faut anticiper. Il faut avoir une approche différente. »

Benoît Vilcot, est est-ce que vous pensez, alors vous êtes pas Madame IRMA, mais est-ce que vous pensez que l’on est arrivé au pic de cette crise énergétique ou qu’elle est là installée, que finalement 2023 2024 sera plus dur que 2022 2023 et que le monde de demain c’est pas le monde d’hier ? 

BV : « Regardez l’arrêt des fluxs gaziers en Russie on pensait que ça allait être l’apocalypse, et on trouve des solutions. Alors, est-ce que ce sont des solutions idéales pour l’aspect environnemental ? C’est un autre débat. Aujourd’hui, du gaz, il y en a, donc d’un point de vue sur ce point de vue approvisionnement, il y a des solutions. On arrive aussi sur la baisse de la consommation sur une manière de consommer différente. Donc je pense qu’en gérant la consommation et en consommant différemment et en sachant que l’approvisionnement existe on va arriver sur des prix de marché qui vont redevenir, peut-être pas de ce qu’on a connu au début de l’année 2017 à l’ouverture des marchés à la concurrence mais on va arriver sur des niveaux qui seront plus acceptables et puis surtout qu’avec les aides qui se mettront en place mais qu’on ne maîtrise pas aujourd’hui on arrivera sur des gestions de budgets qui sont quand même cohérentes. »

Capitole Energie, acteur de la bourse sur les marchés environnementaux

 

 

Comment vous intégrez la question environnementale dans vos contrats d’énergie ? D’abord, est-ce que c’est une attente de vos clients et comment est-ce que vous l’intégrez ? 

Benoit Vilcot (BV) : « Nous sommes acteur de la bourse sur les marchés environnementaux. Donc ça veut dire qu’on achète en direct les garanties d’origine qui sont émises par les producteurs d’énergies renouvelables et on les met à disposition aux clients pour qu’ils achètent en direct.et pour être proactifs justement sur ces achats là et décidé un peu de l’hyperpersonnalisation. Est-ce qu’ils souhaitent des garanties d’origine françaises qui vont participer contribuer au renouvellement du parc de production français. Est-ce qu’ils souhaitent à la rigueur des garanties d’origine qui viennent d’Europe puisque c’est fongible. En tout cas on peut leur permettre de participer au renouvellement du parc de production français d’énergies renouvelables, mais aussi travailler sur des produits de décarbonation pour arriver à rentrer dans ces critères RSE qui sont de plus en plus présentes. Surtout pour les entreprises qui travaillent sur des labels comme RE100, B-CORP et qui sont très pointues en termes de traçage et d’impact environnemental. »

Je sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que vous êtes beaucoup plus qu’un courtier d’énergie en fait quand je vous qu’aujourd’hui j’entends tout ce que vous me décrivez ! 

BV : « On est un partenaire dans la gestion des contrats d’énergie de manière très globale. »

Afin de permettre aux entreprises de consommer une énergie plus verte et décarbonée, Capitole Energie propose l’offre Capi’Transition afin de mettre en avant des contrats de gaz et d’électricité verts à travers le mécanisme des Garanties d’Origine. Depuis peu, Capitole Energie a fait évoluer son offre Transition pour accompagner les entreprises du tertiaire dans le respect des obligations du décret tertiaire auquel elles sont soumises.

_____________________________________________________________

Capitole Energie, courtier en énergie pour les entreprises prend son rôle de conseiller très au sérieux. Pour accompagner au mieux nos clients, nous proposons chaque semaine une analyse détaillée de la situation sur les marchés, ainsi que sur l’évolution de la réglementation et du contexte géopolitique en France et à l’étranger. Notre Hebdo de l’Energie est disponible juste ici. De plus, la crise énergétique actuelle touche particulièrement les entreprises de tous secteurs. De nombreuses questions subsistent. C’est pourquoi nous avons mis en place une page spéciale pour accompagner les entreprises durant cette période. Vous y trouverez un grand nombre d’informations et de réponses à l’actualité.

Votre contrat arrive bientôt à échéance ? Vous souhaitez trouver un contrat adapté à vos besoins ? Nos équipes sont à votre disposition pour vous accompagner et trouver la solution la plus optimale pour votre entreprise : 

 

< See more posts

< Voir plus d’articles