9 juin 2022

 | 

Temps de lecture : 2 minutes

Vers une augmentation de l’ARENH accordé à 130 TWh ?

0
Chaque semaine, les experts de Capitole Energie analysent le marché de l’énergie pour apporter aux clients un éclairage sur l’évolution des prix du marché de l’énergie.

Pour limiter la hausse des prix de l’électricité, la CRE propose au gouvernement d’augmenter le volume Arenh accordé à 130 TWh, soit une hausse de 30% sur le volume traditionnel.

Faciliter la concurrence sur le marché électrique français

Mis en place en 2010, l’Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique (Arenh) devait permettre de développer la concurrence sur un marché où EDF tenait le monopole.

Concrètement, l’énergéticien français est contraint par l’Etat de vendre chaque année une part de sa production nucléaire au coût de revient de 42€/MWh.

Cependant, depuis quelques années les fournisseurs alternatifs vendent des contrats Arenh au deçà du volume accordé. Pour 2022 par exemple, ce sont 160,3 TWh d’Arenh qui ont été demandés, contre les 100 TWh accordés.

Limiter la hausse des prix pour les consommateurs

Ainsi, pour limiter la hausse des prix sur les factures des consommateurs, le volume Arenh accordé a déjà été augmenté pour l’année 2022. EDF doit donc vendre 20 TWh supplémentaire de sa production à un tarif de 46,20 € du mégawattheure.  

À la vue de l’augmentation historique des prix de l’électricité sur le marché, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) demande que ce volume soit poussé à 130 TWh pour l’année 2023.

Jean-François Carenco, Président de la CRE, recommande que la totalité de ce volume soit vendu au prix de 49,50 €/MWh. De la même manière, Dominique Jamme -Directeur Général – estime que cette mesure devrait être appliquée « avant l’été ».

Des augmentations contestées par les syndicats

Cette annonce de la CRE intervient alors même que les syndicats d’EDF s’en sont remis Conseil d’Etat pour demander la suspension de l’extension des volumes d’Arenh accordés. En effet, depuis plusieurs mois les syndicats font savoir leur mécontentement face à l’obligation de vendre 120 TWh au coût de revient.

Au courant du mois d’avril, ils ont donc engagé une procédure d’urgence auprès du Conseil d’Etat. Ce dernier a rejeté la demande de suspension du volume Arenh car « la mesure contestée vise à limiter l’effet de l’augmentation du prix de l’électricité sur les coûts d’approvisionnement des fournisseurs qui en bénéficient, et indirectement sur les tarifs qu’ils sont en mesure de proposer à leurs clients finaux ».    

🔎 Ces articles pourraient également vous intéresser :

Chaque semaine, nos experts du marché de l’énergie sont auteurs d’une note analytique de la situation sur les marchés. Pour vous maintenir au courant des dernières actualités, c’est par ici :

< See more posts

< Voir plus d’articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.