23 juin 2022

 | 

Temps de lecture : 2 minutes

Niveau d’alerte déclenché en Allemagne face aux problématiques sur le gaz

0
Chaque semaine, les experts de Capitole Energie analysent le marché de l’énergie pour apporter aux clients un éclairage sur l’évolution des prix du marché de l’énergie.

Jeudi 23 juin 2022, l’Allemagne lance le « niveau d’alerte » concernant son approvisionnement en gaz.

Une réduction drastique des importations de gaz russe

La semaine passée, le géant russe Gazprom a annoncé réduire de 60% ses flux quotidien vers l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1. Les volumes échangés sont passés de 167 à 67 millions de mètres cubes dans la journée du 16 juin 2022.

La société russe Gazprom justifie cette réduction par des soucis techniques sur des unités de compression du gaz au niveau de la station de Portovaya. Point d’entrée du gazoduc Nord Stream, cette station compte aujourd’hui 5 unité de compression hors-service, sur les 8 qu’elle comporte.

Cet évènement a déjà eu des conséquences pour plusieurs pays européens, notamment en Allemagne, en Italie et en France. De son côté, la Suède a indiqué être depuis le début de la semaine en niveau de « pré-alerte » sur le gaz.

Pour remédier à cette diminution, l’Allemagne s’est tournée vers les importations de GNL depuis les Etats-Unis et le Qatar. Mais également vers la production des centrales à charbon, bien que très polluantes. Toutefois, cette production, couplée à la production renouvelable, n’est pas suffisante pour compenser les réductions de gaz russe.

Les besoins allemands en gaz

Avant la crise, 55% du gaz consommé en Allemagne provenait de Russie. À l’heure actuelle, ce chiffre est descendu à 35%.

Les réserves de gaz de l’Allemagne sont pour l’heure à un niveau correct pour ce pays (58%), puisqu’il est supérieur aux années précédentes. Toutefois, si la réduction des importations russes perdure cet hiver, la situation deviendrait très sérieuse car les réserves ne pourraient être remplies.

Le niveau d’alerte est déclenché

Ce plan de l’Allemagne, basé sur un modèle européen, comporte trois niveaux. Le premier niveau a été activé en mars 2022 pour faire face aux premières inquiétudes concernant les importations de gaz.

Le niveau d’alerte est la seconde étape de ce dispositif. Il a été annoncé jeudi 23 juin 2022 lors d’une conférence de presse à Berlin.

Le ministre de l’Economie allemand, Robert HABECK, a utilisé des mots forts pour décrire la situation actuelle. « Nous sommes dans une crise gazière. Le gaz est désormais une ressource rare. »

La prochaine et dernière étape serait le « niveau d’urgence ». Arrivée à cette étape, l’Allemagne devra mettre en place un système de rationnement sur le gaz pour répartir au mieux les volumes entre les différentes branches de la société. Que ce soit l’industrie, les particuliers ou l’administration.

Pour répondre à ces problématiques, l’Allemagne va ouvrir une ligne de crédit de quinze milliards d’euros via la banque publique KfW. Cela permettra à Trading Hub Europe (responsable des achats pour l’Allemagne) d’acheter du gaz pour le pays.

Par ailleurs, Robert HABECK n’exclut pas de mettre en place un mécanisme de régulation des prix à l’échelle du pays.

Les prévisions de l’Agence fédérale des réseaux

Selon l’administration allemande en charge de la gestion des réseaux, si la situation reste la même, l’Allemagne fera face à une pénurie de gaz dès février 2023. Dans le scénario d’une coupure totale des importations de gaz russe, la date d’une pénurie serait avancée à décembre 2022.

🔎 Ces articles pourraient également vous intéresser :

< See more posts

< Voir plus d’articles